L’asperge d’Argenteuil, subtile et raffinée

culture asperge argenteuil

L’asperge d’Argenteuil est facilement identifiable parmi les autres variétés de plantes potagères de la famille des Asparagaceae. On la reconnaît à sa couleur blanche et à ses turions (le bourgeon qui provient de la tige) de couleur pourpre ou rosée. Ce type d’asperge précoce et de grande taille (jusqu’à 25 cm et 6 cm de tour de taille) doit sa spécificité à la façon dont on la cultive. L’asperge d’Argenteuil pousse sous la terre d’où sa couleur blanche. Celle-ci se reconnaît également à son amertume en bouche.

Origines et succès de l’asperge d’Argenteuil

L’asperge d’Argenteuil est la création de Louis Lhérault, cultivateur français du 19ème siècle. C’est aux alentours de 1860 qu’il élabora cette variété que l’on nommait également asperge blanche en sélectionnant des plants importés des Pays-Bas.
Le succès fut au rendez-vous. Premièrement parce que cette variété d’asperge du Val de Marne était très appréciée pour sa chair épaisse et onctueuse. Deuxièmement parce que Louis Lhérault élabora une technique qui permit aux paysans pauvres de la région d’augmenter leurs revenus en faisant pousser des asperges entre les ceps de vignes. Il faut savoir que la ville d’Argenteuil était réputée pour son vignoble. En effet à la veille de la Révolution, près de 1 000 hectares du territoire Argenteuillais était réservé à la culture du vin : ce qui en faisait la plus grande commune viticole de France. De plus le fait de planter des asperges dans le vignoble rapporta au sol une riche fumure qui permettait de couvrir en engrais les besoins des plantes potagères pendant de nombreuses années.
Enfin la consécration avec le prix reçu pour les asperges de Louis Lhérault à l’Exposition universelle de 1878 à Paris. Louis Lhérault que l’on surnomma ensuite le Parmentier de l’asperge en référence à Antoine Parmentier et ses travaux sur la pomme de terre.
Aujourd’hui les asparagiculteurs ont disparu de la commune d’Argenteuil, subsistent seulement quelques producteurs en île de France. Ah oui vous l’aurez certainement compris mais asparagiculteur est le mot pour définir un producteur d’asperges.

Comment cuisiner les asperges d’Argenteuil ?

Passons maintenant à la dégustation de ce produit francilien. Il existe plusieurs manières de déguster les asperges d’Argenteuil.
La première est la plus simple et la plus populaire. Il s’agit de les cuire dans de l’eau salée .
Pour s’assurer d’une cuisson à point, il suffit de piquer dans une des pointes de l’asperge avec un couteau de cuisine. Si le couteau s’enfonce, vous pouvez passer à table. Le petit plus est de servir vos asperges avec une vinaigrette et un œuf mollet.
Une seconde manière est de faire une crème d’asperges.
Faîtes cuire les asperges et réduisez-les en purée fine avec leur jus de cuisson. Ajoutez-y de la crème fraîche et du lait.

Bon pour la santé !

L’asperge est une excellente source de vitamines (A, B2, B9, C et K) et de minéraux (potassium, calcium et magnésium).
L’asperge est un légume très peu calorique (environ 30 kcal pour 100 g)
L’asperge a des propriétés diurétiques, facilitant ainsi l’élimination des toxines du corps.
L’asperge apporte un certain nombre d’antioxydants notamment des thiols et des saponines.

Il manquait une asperge à votre botte !

Argenteuil fût un haut lieu d’inspiration pour les impressionnistes. On considère même la ville comme le foyer du mouvement pictural impressionniste.
A partir des années 1870, les grands noms du mouvement comme Monet, Manet, Pissaro, Caillebote ou Sisley s’y sont retrouvés.
En 1880, Charles Ephrussi, collectionneur d’art d’origine russe, commanda auprès de son ami Edouard Manet un tableau. La nature morte peinte par Manet représentait une botte d’asperges. Et pas n’importe quelles asperges ! Il s’agit d’asperges d’Argenteuil.
Ephrussi, heureux de son acquisition, lui envoya la somme de 1 000 francs au lieu des 800 demandés par le peintre impressionniste. Manet, homme d’esprit, lui offrit en retour une toile de très petites dimensions d’une unique asperge posée de travers sur une table.
Le tableau signé d’un M était accompagné d’un mot : « Il manquait une asperge à votre botte »

Comment cultiver l’asperge d’Argenteuil ?

Il faut savoir que c’est seulement au bout de la troisième année que l’on récolte l’asperge d’Argenteuil.
Faîtes des tranchées d’environ 30 cm de large et de 20-25 cm de profondeur dans lesquelles seront positionnées les griffes (il s’agit de l’ensemble des racines). Laissez la terre de rejet entre les tranchées.
La plantation s’effectue dans l’idéal entre début mars et mi- avril.
Dès le mois d’octobre, coupez les tiges sèches au-dessus du sol et procédez au nivellement du terrain.
A noter que les asperges blanches apprécient un sol léger, profond, à tendance sablonneuse.
Dès la troisième année, vous pouvez récolter les quelques turions qui pointent hors de terre. Il est primordial de récolter les pousses avant qu’elles ne sortent et ne colorent, la lumière les rend fibreuses et inconsommables.
Les turions sont prélevés à l’aide d’un outil spécial appelé gouge.

Insolite : L’hymne à l’asperge

Il existe une confrérie sur ce produit phare du val d’Oise : Les Compagnons de l’Asperge et de la Vigne-Argenteuil. Nous n’avons pas résisté à reproduire ci-dessous le refrain de l’hymne à l’asperge :

Asperge en un cher Compagnon
Levons nos verres et tous ensemble
Avec gaieté nous entonnons
Notre refrain qui nous rassemble
Compagnons !

Brandissez l’asperge
C’est l’emblème de nos beaux jours
En agitant cette flamberge,
Vous lui prouverez votre amour

Et puis le nez dans notre verre
Nous échauffons la gorge et l’œil
Asperge et vin, chacun espère
Vous voir longtemps en Argenteuil
Le Piccolo c’est la gaieté
Nectar fameux, il nous enivre
Et l’asperge c’est la santé
Qui donne à tous la joie de vivre.
Compagnons !

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*